vendredi 27 janvier 2012

Le buzz de la semaine : L’affaire ELLE MAGAZINE


Pour toutes celles qui, trop absorbées par le boulot, la famille ou tout simplement une vie bien (trop) remplie, sachez que cette semaine la planète mode a tremblé ! En effet, le célèbre magazine féminin ELLE du 13 janvier 2012 a publié un article des plus controversés, qui a mis en ébullition toute la toile et au-delà. L’article, intitulé « Black Fashion Attitude » a défrayé la chronique, en traitant un sujet passionnant : la mode au sein de la communauté noire. Malheureusement, bien trop de maladresses et de faussetés on terni cet article qui n’a été l’objet d’un véritable tollé médiatique.

L’affaire a pris de l’envergure, lorsque, face à des propos suspects, proches d’une certaine forme de « racisme », l’incompréhension des femmes noires et de toutes les autres, s’est manifestée. Le lundi 23 janvier d’innombrables réactions sont apparues dans les médias à travers les réseaux sociaux d’abord et plus tard en radio et en presse, notamment via la puissante intervention d’Audrey Pulvar. Cette date marque alors le début d’une véritable vendetta contre le magazine, qui a fait preuve d’une inconsistance notable. Bloggeuses, journalistes, modeuses, elles sont toutes tombées d’accord pour dénoncer une inculture scandaleuse de la part de la journaliste Nathalie Dolivo qui déclare par exemple : « Dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un Noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté [noire] jusque-là arrimée à ses codes streetwear » ou encore «Mais si en 2012, la « black-geoisie » a intégré tous les codes blancs, elle ne le fait pas de manière littérale. C’est toujours classique avec un twist, bourgeois avec une référence ethnique (un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur …) qui rappelle les racines)». On pense notamment à la bloggeuse d’Afrosomething, qui s’est véritablement impliquée dans ce combat. A travers une lettre ouverte des plus engagées où elle explique que « les femmes noires n’ont pas attendu l’avènement du président Obama et de son épouse pour s’intéresser à la mode et aux créateurs » mais aussi qu’en tant que femme noire, il ne faut pas tout confondre. « Nous ne sommes pas cette femme noire avec "une créole de rappeur", habillée en streetwear qui semble vous obséder. Nous avons des styles différents comme nous avons des personnalités, des histoires et des références différentes. ».

Par ailleurs, on a également été témoins de réactions virulentes de la part de Sonia Rolland qui à travers son statut facebook a dénoncé un « article réducteur » et d’Audrey Pulvar qui a écrit un billet reflétant sa colère en qualifiant le magazine de « papier de merde ». Ces deux femmes sont évidemment deux personnalités noires incontournables, souvent très engagées, qui n’hésitent pas à faire part de leurs coups de gueule. Bref, il semble donc que le magazine ELLE ai commit une véritable faute professionnelle, inacceptable dans le milieu, qu’il ne suffira peut être pas de corriger avec une page d’excuse. Bien évidemment le magazine a répondu de façon plus sérieuse face à une telle révolte qui ne se réduisait pas à « quelques internautes » comme ils voulaient nous le faire croire au début de l’affaire. La rédactrice en chef du féminin a donné des explications et s’est enfin excusé le mercredi 24 janvier après avoir retiré l’article sur le site internet elle.fr. Malgré une réaction appropriée de la part de la rédactrice en chef, toute la communauté noire et des médias, déplore un tel manque de professionnalisme et de jugement.

Au-delà des propos dégradants, il s’agit surtout pour une journaliste de s’informer sur un thème qu’elle entend décrypter. C’est absolument inacceptable de lire ce genre d’article dans un magazine ayant une telle réputation. La mode est, et a toujours été un « art » universel, permettant l’ouverture d’esprit et le rassemblement des personnes autour d’une passion commune. Terminons ce billet en remerciant particulièrement toutes celles qui se sont impliqué dans cette lutte commune à travers des courriers, des lettres ouvertes, des articles de blog, des statuts facebook… On pense notamment à Mme Ahanda d’Afrosomething, Fatou de BlackBeautyBag, Ayden, Aminata Sakho et bien sûr Sonia Rolland et Audrey Pulvar. Un merci également à toutes celles qui ont partagé l’information sur les réseaux sociaux ; c’est ensemble que nous réussirons à faire évoluer les mentalités, qui hélas, en ont encore besoin.

Retrouvez ci-dessous quelques liens indispensables qui retracent les éléments forts de cette affaire.


Page facebook de Sonia Rolland http://www.facebook.com/#!/pages/Sonia-Rolland/109478879070458

Billet d’Audrey Pulvar http://www.peopleinside.fr/le-billet-daudrey-pulvar-contre-le-papier-de-merde-du-magazine-elle/news/33917

Lettre ouverte d’Afrosomething http://www.afrosomething.com/article/quand-le-magazine-elle-parle-des-%C3%A9g%C3%A9ries-noires-et-tombe-dans-le-racisme-ordinaire


Article Fatou de BBB http://www.blackbeautybag.com/2012/01/honte-elle.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire