lundi 30 janvier 2012

Les confidences d'Ayden

Productrice et animatrice télé, Ayden débute sa carrière il y a 8 ans, après une formation de journaliste. Elle commence sur la chaîne Télésud, qui lui offrira ses premières opportunités en tant que présentatrice télé. Par la suite elle multipliera les programmes, couvrant différentes thématiques telles que la musique et la mode. Tout au long de sa carrière, Ayden travaillera beaucoup sur le continent Africain, terre qui lui est chère et où elle s’épanouie professionnellement. En 2009, elle créé sa société de production AydenLand… Depuis, l’histoire continue, et en 2011 elle devient un des visages du PAF, en présentant l’émission Star Story sur Direct Star… Ayden nous raconte. 

Ayden, nous sommes ici entre filles et nous savons que tu es une modeuse invétérée, une représentante hors-pair de la féminité et du glamour, parlons donc un peu beauté mode et bien-être… 
 
Tout d’abord, quelle est pour toi la définition de la beauté ? 
 La beauté est pour moi l’équilibre entre l’harmonie des traits d’une personne et ce qui émane de sa personnalité (bonté, grâce, intelligence, esprit).

Quel est ton réflexe beauté du matin ? 
Me laver le visage à l’eau très fraîche avec un gel moussant au Thé vert. Crédit photo :Remy Ramin

Et du soir ? 
 Le soir, je me démaquille à l’Eau Micellaire pour peaux mixtes Biopharma. Elle est parfaite pour peau sensibles, et fait office de lotion tonique en même temps (soit 2 en 1 idéale pour les paresseuses que nous sommes parfois, lol).
Quel est le meilleur conseil beauté que l’on t’ais donné ? 
Sourire et surtout dormir beaucoup. Ce 2e conseil me vient d’Edith Lefel. Elle avait parfaitement raison car quand on dort la peau se régénère sur le plan cellulaire. On évite ainsi cernes, boutons et mauvaise mine en général.
 
Quel est ton make-up fétiche au quotidien ? 
Très léger : une poudre compacte MAC, et un peu de gloss (souvent fruité, ou Glam Shine de l’Oréal). Le soir, j’accentue les yeux, et je peux jouer avec des fards irisés pour l’éclat. 
Crédit photo : Kyato French Kut
Avec un corps comme le tiens, on veut tout savoir, comment prends-tu soin de ta ligne ?
« Un corps comme le mien », c’est gentil mais je peux t’assurer que je suis loin des mensurations d’Halle Berry, lol. Plus sérieusement, j’essaie de manger sain. J’aime les fruits, les légumes, les soupes. J’évite les féculents (riz, pâtes, pain, pomme de terre) ou alors en petite quantité. Et surtout, il faut se dépenser physiquement. Je ne suis pas une grande sportive, mais mes nombreuses activités me prennent de l’énergie, ce qui m’aide à garder la ligne. 
  

On sait que tu es très fashion victim, comment définirais-tu ton style ? 
« Fashion Victim », non, modeuse oui. Mon style s’appelle le Glam Ethnik . J’aime les vêtements de qualité, dans des tons allant de la terre au feu (bronze, marron, or, jaune, rouge, orangé) ou des imprimés africains (batik, pagne), avec des coupes assez sobres et modernes, soulignant la silhouette. Pour les tenues du soir ou de gala, je fais confiance aux grands créateurs africains comme Martial Tapolo, Gilles Touré, Imane Ayissi, Elie Kuame ou encore aux références de la mode italienne et française (YSL, Gucci, Galliano, Fendi, etc…). Je peux trouver aussi mon bonheur dans des boutiques vintages ou Prêt-à-porter grand public. Mais je suis assez fidèle à Xuly Bêt, Sadio Bee, j’aime le style de Bezem & Maïlan, Kréyann, Denis Devaed et bien d’autres. 

Tu pourrais te damner pour… ? 
Un beau sac en python Gucci.

As- tu un petit truc bien-être rien qu’a toi ? 
Ecouter de la musique soul, en dégustant un fruit juteux (Lytchee par exemple). 

Raconte-nous quelle serait ta journée idéale ? 
Une journée avec mon amoureux, sur la plage. Repas de grillade et fruits frais, ap-midi, shopping et visites de lieux sympas, puis concert et soirée avec nos amis. 

Bien sûr, derrière la femme glamour, qui a un petit côté Carrie Bradshaw, il y aussi une bosseuse, journaliste de formation qui est aujourd’hui présentatrice et productrice de nombreux show, parlons-en ! 

Ayden, raconte nous un peu ton parcours, comment en es-tu arrivée là ? 
 Des études correspondant à ce que je voulais puis, beaucoup de persévérance : stages, intérim, petits boulots tout en commençant à travailler gratuitement en télé. La galère financière a bien duré 5 ans, mais m’a permis de faire mes armes, d’acquérir un bon carnet d’adresse. Depuis que j’ai monté ma structure, ma vie a changé. Et j’essaie, avec mon équipe de mettre en avant les talents de la diaspora à travers mes programmes TV et mon magazine. L’intégration de la chaîne Direct Star du groupe Bolloré, a aussi été un tremplin à ma carrière, sur le plan national. 


Comment expliques-tu ton lien si fort avec l’Afrique, sachant que tu es Antillaise ? 

J’ai fait mes débuts en télé avec Télésud, chaîne panafricaine. On était pas mal invité sur le continent, en tournages. J’ai découvert la Côte d’Ivoire, en présentant un programme pour le Ministère du Tourisme et ce fut un coup de cœur. Idem pour le Sénégal, où j’ai été une dizaine de fois pour des festivals et shows culturels. Le Cameroun m’a vraiment adopté. Je me sens aussi bien au Congo, au Bénin, au Togo, au Mali qui est fascinant sur le plan culturel. L’Afrique du Sud m’a épaté. Bref, un continent d’une richesse incroyable, avec des gens ouverts, battants. J’aime aussi l’esprit entrepreneur que l’on trouve sur place, à l’inverse de tout ce que montrent les médias internationaux. Aujourd’hui, je suis certes Antillaise, mais Africaine de par la moitié de mes ancêtres (l’autre étant d’Inde) et aussi de cœur car ce Continent m’a adopté comme son enfant et donné ma chance professionnellement. 


Pourquoi avoir créé ta société de production ? 
Pour l’autonomie, et cesser de ramasser les miettes dans ce métier.

Et le Black Fashion, tu y es la rédactrice en chef ? Comment as-tu abordé cette nouvelle expérience ? 
 Black Fashion répondait à un besoin car aucun titre jusque là n’était spécialisé sur la mode africaine et caraibéenne, avec une diffusion sur 3 continents (Europe, Afrique, Amérique, dont les Antilles). Nous sommes aujourd’hui au numéro 6 (c’est un trimestriel) et je suis heureuse de voir que les créateurs et amoureux de la mode y trouves des articles sur les grands évènements, infos, modèles, shootings, agenda, etc…soit une vraie mise en valeur de ceux qui font avancer ce secteur.
As-tu eu, dans ton parcours professionnel, des moments de doute, des épreuves difficiles à traverser ? Si oui, comment les gérer ? 
Bien sur. Plusieurs fois, mes proches m’ont dit : « tu as un bac + 5, tu es pourtant intelligente, choisis un métier stable, travaille dans la fonction publique, par exemple ». Les contraintes financières auraient pu me faire baisser les bras également. Mais j’avais un objectif, j’ai travaillé, je me suis accrochée et depuis 3 ans, je vis pleinement de ma passion. La chance n’a rien à voir dedans, juste du travail et de la détermination. 


Quelle est la partie de ton métier qui te plaît le plus, avec le recul et l’expérience que tu as acquis aujourd’hui? 
J’aime les échanges humains dans ce métier, et le renouvellement créatif permanent, que je découvre lors des voyages, et à travers le travail de chacun. Après, on est utile, car on aide à faire connaître les autres, et cet aspect me plaît aussi. 

Ta carrière t’impose aujourd’hui un rythme effréné, comment fais-tu pour gérer le stress, la fatigue, les coups de blues ? 
C’est un métier public, mais je passe néanmoins beaucoup de temps seule pour me ressourcer, lire, réflêchir et préparer les projets à venir. Après, avec la foi et l’entourage, ca aide à garder le cap. 

Quelles qualités sont selon toi indispensables pour être journaliste ? 
Il faut une curiosité intellectuelle, lire beaucoup, se former, savoir écouter l’autre. En télé, il y les contraintes de l’image, dont idéalement un physique avenant, un style soigné, une bonne élocution. En presse écrite, il y
a un travail plus en profondeur à mener au préalable, car les écrits restent.
Quel conseil pourrais-tu donner, disons, à une jeune femme, qui comme toi arrive à Paris, pleine de rêves et d’objectifs dans la tête ? 
S’intéresser à tout, se fixer un objectif précis et des étapes pour l’atteindre, ne pas se disperser et bien s’entourer. 

Justement as-tu des projets ? Où allons-nous te retrouver en 2012 ? 
Rendez-vous chaque semaine sur Direct Star pour mon émission musicale Star Story, ainsi que sur TRACE TV, sur l’émission Planète Mode. Il y aura de nombreux évènements culturels et caritatifs prestigieux que j’aurai la joie de présenter en Europe, en Afrique et aux Antilles. Pour plus d’infos, rdv sur mon site web www.ayden.fr et sur ma page facebook Ayden TV. Merci à Activilong de continuer, sur plusieurs générations, à rendre les femmes plus belles ! 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire