mercredi 18 mars 2015

8 femmes d'exception pour la Journée de la Femme by Activilong #7


Journaliste, directrice de la rédaction de l'agence de presse Invariance Noire, sociologue et historienne de l'Art, spécialiste des littératures, peintures et cinémas du Sud, les « casquettes » d’Osange Silou-Kieffer sont nombreuses... 

Rencontre avec une femme d’influence avide de découvertes et de culture.     


Activilong : Pouvez-vous nous dire ce qui a motivé votre orientation professionnelle ?    

Osange Silou-Kieffer : Je n'ai pas vraiment fait de choix. Je me pose depuis toujours des questions sur ce que nous sommes venus faire sur terre,  parce que pour moi aucune naissance n'est le fruit du hasard. 
La grande curiosité que la nature m'a donnée m'a poussée à étudier les sciences qui pouvaient m'y apporter les réponses. Une fois certaines réponses obtenues je me suis dit qu'il me fallait pouvoir les communiquer.

Comme je suis une boulimique du savoir le reste est venu tout seul.    


Après avoir créé les Hohoas, concours de scénario de courts métrages en partenariat avec le ministère de l’Outre-Mer en 2003, vous êtes maintenant Coordinatrice du Prix Océan France Ô* qui élit et finance chaque année un court-métrage français ayant pour thématique l’Outre-mer. Pourquoi avoir choisi le 7è art en particulier ?     

La culture est pour moi la clef de l'équilibre psychologique. Connaître les cultures des autres est le meilleur rempart contre le racisme. Je suis cinéphile parce que pour moi un film est une manière paresseuse de voyager à travers les cultures du monde.

En constatant que nos cultures véhiculées par nos images étaient minorées, son rendu falsifié j'ai pensé qu'il me fallait essayer de compenser cette absence de notre visibilité en soutenant la fabrication des images qui témoignent de notre imaginaire.    


Puisque nous réalisons cette petite interview à l'occasion de la Journée de la Femme, pouvez-vous nous dire en quelques mots, comment vous définiriez la femme d'aujourd'hui ? (Objet, égal ou avenir de l'homme...)      

Sans femme il n'y a pas de vie, donc la femme est l'élément fondamental dans la création de l'humain. Elle demeure l'objet, l'avenir et la pierre angulaire de l'humanité. C'est pour minimiser ce rôle central qu'on nous affuble de tous ces sobriquets.     


Que ce soit dans votre vie de femme ou dans votre carrière professionnelle, y-a-t-il une femme qui suscite (ou a suscité) particulièrement votre admiration ? Pourquoi ?     

Il y en a beaucoup. D'abord, ma mère, ma grand-mère, mais aussi la Mulâtresse Solitude, Marie Curie, Rosa Park, Simone Veil...    
Et puis toutes les femmes d'hier et d'aujourd'hui qui font des choix et les assument.     



En cette journée du 8 mars, quel message ou conseil souhaiteriez-vous adresser aux femmes du monde ?   

Je n'ai pas de conseil à donner, je ne suis pas encore assez sage pour cela. Mon message est celui que ma grand-mère nous a transmis: «Notre corps nous appartient, notre vie nous appartient. Ce que nous en faisons doit être le reflet de notre philosophie. Nous naissons avec juste la dose de folie dont nous avons besoin. Nous ne devons permettre à personne de nous donner la sienne».      


***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire